Entre Deux Eaux

Entre Deux Eaux

Expertise en management stratégique de projets complexes dans le domaine de l’eau

Entre Deux Eaux RSS Feed
 
 
 
 

Newsletter n°9

L’Aquifère Guarani, 4 pays pour 1 robinet

Aquifère et Guarani sont des mots plutôt équivoques. Nous les avons entendus mille et une fois pendant cette étape américaine. Découvrons ensemble les caractéristiques de cette ressource en eau qui fait 2 fois la taille de la France et qui a retenu toute l’attention de ses 4 pays limitrophes pour monter un projet de gestion commune.

Discussion sur un aquifère :
- Qu’est-ce qu’un aquifère ?

- C’est une réserve d’eau souterraine.
- C’est donc une nappe phréatique ?
- Oui, une nappe phréatique est un aquifère à faible profondeur. Un aquifère peut se situer juste en dessous de la surface ou à des centaines de mètres de profondeur.
- En fait, c’est comme un grand lac souterrain ?
- Cette image d’un aquifère est un peu trop simpliste. L’eau n’est pas telle quelle dans le sous-sol, elle est contenue dans de la roche. L’aquifère est en fait une couche de terrain ou de roche poreuse et perméable.
- Mais alors comment l’extraire ?
- Par des puits, principalement, que l’on creuse à partir de la surface pour atteindre cette couche de terrain. Grâce à un système de forage et de tuyaux, l’eau peut être immédiatement extraite de la réserve souterraine. Lorsque l’eau est peu profonde, un puits artisanal peut l’atteindre; par contre, dès que la profondeur dépasse plusieurs dizaines de mètres, des ressources plus importantes, à la fois techniques et financières, sont nécessaires.

Présentation du Guarani
L’Aquifère Guarani est une de ces vastes ressources d’eau souterraine qui s’étend sous pas moins de quatre pays: le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay. Il y a quelques années, on pensait que l’aquifère Guarani était le plus grand aquifère au monde. Un projet a donc été entamé, initialement par des scientifiques des quatre pays, puis repris par les quatre gouvernements, pour étudier cette ressource, évaluer sa taille et ses propriétés et enfin comprendre ce qu’il y avait sous leurs pieds. C’est ce projet, financé par le GEF (Global Environment Facility), administré par la Banque Mondiale et implanté par les quatre pays avec l’aide de l’OAS (Organization of American States), que nous avons étudié.

Aujourd’hui, l’attention internationale commence petit à petit à se porter sur ces immenses réserves d’eau souterraines. Il y a peu, le programme ISARM de l’UNESCO-PHI (Gestion des ressources aquifères partagées) a produit l’« Atlas des aquifères transfrontaliers- cartes mondiales, coopération régionale et stocks locaux ». Cet atlas a été présenté à la Semaine mondiale de l’eau 2009 à Stockholm. (Disponible en ligne). A l’heure où la population mondiale ne cesse de croître et où l’on se rend compte que nos ressources sont limitées, les aquifères se révèlent être de formidables poumons aquatiques permettant aux pays en manque d’eau un répit supplémentaire. Mais que l’on ne s’y trompe pas : ces aquifères sont exploités depuis des années et partout dans le monde. Nombreuses sont les communautés, en France, au Paraguay ou dans le Sahara, qui survivent uniquement grâce à leurs puits. Cependant, ils sont méconnus : souvent profonds, ils sont difficiles à étudier et l’habitude est devenue de les exploiter sans en connaître la teneur et donc les conséquences.

Sur le Guarani, c’est justement l’exploitation qui a attisé la curiosité des chercheurs : par endroits, l’eau extraite est très pure et quasiment immédiatement potable, tandis qu’à d’autres, elle est saline ou chargée en arsenic et autres produits chimiques. Parfois, les puits creusés permettent d’extraire des centaines de milliers de m3 d’eau, et parfois la réserve s’épuise en quelques semaines. Quelle est donc la magie de cet aquifère ? Combien d’eau est-il possible d’extraire et quelles en seront les conséquences ? Et, à l’inverse, quels sont les impacts des activités humaines sur cette ressource si précieuse ?



Le projet SAG
Le projet de « Protection Environnementale et de Développement Durable du Système Aquifère Guarani » (SAG) est né dans les années 1990 de l’impulsion de chercheurs des quatre pays, qui avaient jusque là mené indépendamment des recherches sur cette nappe profonde. Attisant l’intérêt des quatre gouvernements, qui y voyaient l’opportunité de créer un système de gestion commun aux quatre pays, le projet fut plus tard financé par le GEF. L’étape de préparation commença en janvier 2000 tandis que la réalisation du projet eut lieu de mai 2003 à janvier 2009. Le projet a permis de rassembler bon nombre d’informations sur l’aquifère, d’évaluer sa taille réelle et de proposer un cadre technique, légal et institutionnel au management de l’aquifère entre les quatre pays.

Le projet a connu de très nombreuses critiques et a été sujet à beaucoup de polémiques. La plus importante fut lancée par plusieurs journaux régionaux dont le fer de lance était que le projet, financé par des institutions internationales, allait permettre aux Etats-Unis de faire main basse sur la région, ses ressources en eau, et d’y imposer ses troupes, notamment dans la ville de Ciudad del Este, plaque tournante du commerce et du trafic, à l’est du Paraguay. Lorsque nous posâmes la question à nos interlocuteurs, tous, scientifiques, politiciens, financeurs ou chercheurs, s’en offusquèrent. Je passerai l’expression qu’ils utilisèrent et qui reflète la difficulté qu’ils eurent à faire face à cette polémique. En effet, les fonds du GEF furent distribués aux gouvernements des quatre pays, et en aucun cas les Etats-Unis n’ont quoi que ce soit à voir avec sa réalisation. On ne peut pas nier le déploiement des troupes dans la région, quant à le lier directement avec le SAG, il y a un fossé à ne pas franchir. On peut cependant reprocher à l’équipe projet de ne pas avoir anticipé cette propagande, notamment en communiquant plus sur le projet et sur l’aquifère Guarani en lui-même.

Dans la région, tout comme dans la majorité des pays, les ragots vont bon train. Il suffit de mettre le feu aux poudres pour déclencher un incendie. Ajoutez à cela une population mal informée sur l’aquifère, et vous vous vous brûlerez en plus les doigts. Lorsque nous avons interrogé un professeur sur le sujet, sa réponse fut : « Avant, les gens d’ici ne connaissaient rien au Guarani. Aujourd’hui, si vous demandez à un chauffeur de taxi s’il connaît l’aquifère Guarani, il vous dira peut-être que c’est au Canada, mais au moins il saura qu’il s’agit d’une réserve d’eau souterraine » (Interview avec Miguel GIRAUT, géologue et ancien Coordinateur National du projet). L’idée est assez bien résumée. Difficile avec un seul projet, surtout le premier en la matière, d’informer toute la population. Nous avons pu constater de nos propres yeux sur le Mékong que 30 millions de dollars permettent à peine d’impacter une vingtaine de communautés. La question de savoir comment améliorer l’efficacité de l’impact du projet sur le terrain est une autre de ces problématiques que nous étudions et nécessite une bien plus vaste analyse.

Une autre critique, justifiée, qui fut opposée au projet fut que toutes les entreprises employées à la suite des licitations organisées par la Banque Mondiale ne venaient pas de la région : Tahal, employé en tant que facilitateur technique, est une compagnie d’ingénierie israélienne, SNC Lavalin qui a fait les études terrain est une entreprise canadienne, tout comme AECOM Tecsult qui a réalisé les cartes digitales. Le fait est que les critères internes de la Banque Mondiale impliquent d’embaucher des compagnies suffisamment solides financièrement et techniquement pour répondre à l’appel d’offre. Le projet sur le Guarani étant très technique, peu d’entreprises dans la région étaient susceptibles de remplir ces critères. C’est d’ailleurs souvent le cas, a fortiori dans les pays en développement. Cela dit, il faut souligner que les trois entreprises citées ci-dessus et à la tête des recherches terrain ont sous-contracté des entreprises locales et une université pour faire le travail. Beaucoup d’intermédiaires, pensent certains, et ils ont raison. Nous avons voulu nous pencher sur les critères internes de la Banque Mondiale mais ils sont malheureusement confidentiels. Cependant, il faut leur accorder que financer des projets dans le monde entier implique une certaine rigueur, qui malheureusement laisse peu de place à la flexibilité.



La communauté scientifique en désaccord
L’aquifère fut nommé « Guarani » pour la première fois en 1996 par le géographe uruguayen Danilo Antón. Ce nom lui fut donné car la zone où s’étend l’aquifère est approximativement celle où vécurent, et vivent encore par endroits, la population native des indiens Guaranis. Au Paraguay, la langue la plus parlée n’est d’ailleurs pas le castillan mais l’idiome homonyme. C’est là que réside le plus grand désaccord sur l’aquifère qui divise depuis une vingtaine d’années la communauté scientifique selon les professions : géologues et hydrogéologues. Le nom n’est pas un problème en soi, c’est plutôt l’entité qui partage les avis.

Les hydrogéologues pensent que le Guarani n’est qu’un seul et même aquifère dans les quatre pays et qu’il doit être traité comme tel. De plus, la profession se représente l’eau comme un système complet, avec le cycle que l’on connaît. Ainsi, eau de surface et eau souterraine ne sont qu’une seule et même ressource : l’eau souterraine puisée est rejetée en surface, elles sont donc interdépendantes et il serait illogique de les gérer séparément. Les géologues, de leur côté, ne sont pas du même avis. Se référant aux formations géologiques, ils considèrent donc, d’une part, que l’eau souterraine et de surface sont deux choses différentes, et d’autre part que l’aquifère en lui-même est compartimenté par des lignes de fractures géologiques qui le divisent en plusieurs centaines de « boîtes » d’eau indépendantes les unes des autres. C’est pourquoi certains puits fournissent une eau de bonne qualité et d’autres non, que certains contiennent une grande quantité d’eau et d’autre non. Selon de nombreux géologues de la région, il faudrait donc appeler l’aquifère en fonction de ses formations géologiques : Botucatu et Piramboia au Brésil, Misiones au Paraguay, Tacuarembo en Argentine et Buena Vista / Tacuarem-bo en Uruguay. Dans ce genre de dilemme, le plus difficile est qu’il n’y a pas de vérité absolue : tous deux ont raison, le tout est de choisir la définition qui permettra de gérer l’aquifère au mieux. Géologiquement, la compartimentation est indiscutable, mais elle implique que l’aquifère, bien que transfrontalier, a peu d’interdépendances d’un pays à l’autre. C’est pourquoi le projet, afin d’établir une coopération régionale, a choisi l’aspect des hydrogéologues.

Car un aquifère, dans son ensemble, possède des zones dites « de recharge ». Ce sont des zones où l’eau de surface permet de recharger, comme son nom l’indique, la nappe souterraine. Cette recharge peut se faire par infiltration, lorsque les couches de terrain supérieures sont perméables, et par les rivières, les cours d’eau et les lacs dont le lit permet à l’eau de pénétrer les couches plus profondes. Cette recharge est calculée en volume annuel (166 km³ par an pour l’aquifère Guarani). Or le Guarani est dans sa grande majorité confiné car il est recouvert d’une couche de basalte entièrement imperméable. La recharge est donc impossible en son centre, mais uniquement à travers des zones d’affleurement, c’est-à-dire autour de sa circonférence, où l’aquifère est peu profond. Mais c’est également dans cette zone que le danger est le plus grand pour la ressource : l’aquifère étant peu profond (5 à 50m environ), il est plus facile d’en extraire l’eau et le risque de surexploitation est donc plus important. Dans les zones confinées, il faut parfois forer jusqu’à 150 m pour atteindre l’aquifère. Cette activité est donc majoritairement réservée aux grandes entreprises et aux municipalités. D’autre part, la contamination, provenant des usines, des eaux usées, de l’élevage ou des pesticides est également plus forte dans cette zone. Si l’eau de pluie peut infiltrer le sol, les autres liquides et déchets aussi. Quatre projets pilotes ont été mis en place dans le projet SAG afin de traiter de quatre problématiques différentes liées à la recharge et à l’aspect transfrontalier de l’aquifère :
- Rivera (Uruguay) / Santana do Livramento (Brésil): problèmes transfrontaliers potentiels avec une grande concentration d’activités dépendant de la ressource,
- Concordia (Argentine) / Salto (Uruguay) : zone d’important développement touristique avec des conflits potentiels liés à l’exploitation des eaux thermales,
- Itapúa (Paraguay) : impact de l’agriculture sur l’aquifère,
- Ribeirão Preto (Brésil) : impact de l’utilisation urbaine de l’aquifère, la ville de Ribeirão Preto est approvisionnée à 100% par l’aquifère Guarani.

Afin de gérer un aquifère de façon durable, il est nécessaire que le volume extrait soit inférieur à la recharge. Il est également primordial d’assurer la conservation des systèmes qui dépendent de l’eau souterraine, comme les rivières et les zones humides. On voit encore trop souvent une extraction ininterrompue provoquant un gâchis irréversible. Il semble également impératif d’étudier la ressource avant de l’exploiter. Dans certaines zones au monde, l’extraction d’eaux fossiles a déjà commencé alors même que les conséquences de cette action sont méconnues. Qu’en sera-t-il lorsque ces réserves seront épuisées ? Aujourd’hui, les aquifères sont des ressources attractives car l’investissement de départ ayant beau être plus élevé (coûts du forage, des puits et de l’extraction), l’eau une fois obtenue nécessite moins de traitements que l’eau de surface, permettant des économies à long terme. Mais encore une fois, cela implique que seules les entreprises privées et publiques possédant un budget initial important aient accès à cette ressource, répercutant parfois sur le prix de cet investissement sur les usagers. Le bon management des ressources en eau souterraines est une composante à prendre en compte aujourd’hui, alors que des outils deviennent disponibles pour les étudier et que l’attention internationale se porte de plus en plus sur elles. Plutôt que de montrer du doigt, il faut anticiper, apprendre des autres et de ses propres erreurs. C’est peut-être là ce que la globalisation est capable de nous apprendre : tomber pour qu’un autre puisse mieux se relever.



Carte d’identité de l’Aquifère Guarani:
Surface totale: 1.200.000 km² dont 840.000 km² au Brésil (70%), 225.500 km² en Argentine (19%), 71.700 km² au Paraguay (6%) et 58.500 km² en Uruguay (5%)
Quantité totale d’eau: 45.000 km³ (approximation)
Température de l’eau : 50º C à 65º C
Profondeur : entre 10 (dans les zones de recharge) et 1800 mètres (approximation
Dépôt des roches sablonneuses de l’aquifère: il y a 245 à 144 millions d’années
Localisation: Sud est de l’Amérique du Sud entre la 12° et la 35° latitude sud et la 47° et la 65° longitude ouest
Volume annuel de la recharge: 166 km³/an



A voir:
www.sg-guarani.org : Site officiel du projet (en cours de fermeture),
 Film développé par le projet « Acuifero Guarani », disponible sur You Tube (en 2 parties)
Partie 1 : http://www.youtube.com/watch?v=iKHbf1qb8qY
Partie 2 : http://www.youtube.com/watch?v=d-yxNTWTqYk&feature=related
 « Sed, invasion gota a gota”, disponible sur YouTube : Film critique à propos du projet SAG
 www.isarm.net : Site de l’ISARM (Internationally Shared Aquifer Resources Management), Initiative de l’UNESCO
 Article Entre Deux Eaux sur le cycle de l’eau http://entre2o.free.fr/?p=282
 Film de France5 « Aquifère Guarani - Main basse sur l’eau »
http://wiki.france5.fr/index.php/GUARANI_MAIN_BASSE_SUR_L%27EAU
 « Strategic Action Program » (SAP) : document final du projet résumant les informations apprises et les futures actions à mettre en place.


Warning: is_writable() [function.is-writable]: Unable to access /cache/php.err in /mnt/153/sdb/c/5/entre2o/wp-includes/wp-db.php on line 200

Leave a Reply

Notre Bibliothèque

Inscrivez-vous à la newsletter

E-mail:

S inscrire
Se désinscrire

Photos

Khartoum - Ondurman Souq (2).JPG
Khartoum - Ondurman Souq (16).JPG

Films