Entre Deux Eaux

Entre Deux Eaux

Expertise en management stratégique de projets complexes dans le domaine de l’eau

Entre Deux Eaux RSS Feed
 
 
 
 

Démarche

La suite d’Entre Deux Eaux

Bonjour à tous,
Nous passons aujourd’hui à la deuxième phase de notre projet, à la fois personnel et professionnel, et s’inscrivant dans plusieurs objectifs:
Terminer les études de cas sur les projets étudiés,
Faire des conférences en entreprise sur le thème: Gérer un projet complexe,
Proposer des prestations de conseil en management de projet.

More »

Projets

La guerre de l’eau n’aura pas lieu!

Nous sommes partis le 17 novembre 2008. Nous sommes revenus le 3 juin 2010. 550 jours pour recueillir sur le terrain, sur quatre continents, des informations destinées à valider une méthode d’analyse des problèmes transfrontaliers de l’eau.

11 bassins hydrographiques, 35 pays. Nous voulions voir à l’échelle du monde cette question de l’avenir de l’eau dans le sillage du réchauffement climatique. Cette ressource naturelle a une place centrale pour l’espèce humaine car elle est au cœur de l’agriculture, l’hygiène, la santé, le transport, l’industrie… bref de la vie! Selon la vision malthusienne, la raréfaction de notre or bleu entrainera des conflits entre états.

More »

Consommation

L’eau virtuelle

Il faut une baignoire pour faire un œuf. Eh oui, si l’on considère qu’une baignoire contient en moyenne 200L d’eau et que la production d’un œuf en nécessite 135L, il faut la quantité d’eau contenue dans une petite baignoire pour faire un œuf. C’est le concept d « eau virtuelle » apparu grâce au scientifique environnemental britannique John Anthony Allan dans les années 1990. L’idée est de ne plus considérer uniquement la quantité d’eau inhérente au produit, mais aussi la quantité d’eau nécessaire à sa fabrication. Allan (2005) écrit : « L’eau est dite virtuelle car une fois que le blé a poussé, l’eau réelle utilisée pour le cultiver n’est plus contenue dans le blé ». Hoekstra et Chapagain (2007) précisent la definition d’eau virtuelle comme “le volume d’eau douce utilisé pour produire le produit, mesuré à l’endroit où le produit a été effectivement produit ».

More »

Polémiques

Qui et que faut-il croire concernant l’eau en France?

Comme promis, ce n’est pas parce-que nous sommes rentrés qu’Entre Deux Eaux va cesser de publier des articles. Bien au contraire ! Il y a en France des milliers de sujets sur l’eau dont nous avons envie de vous parler. Tous ceux qui nous croisent nous assaillent de questions : mais alors, eau en bouteille ou eau du robinet ? Va-t-il vraiment y avoir une crise mondiale à cause de l’eau ? Quel est le pire pays que vous ayez traversé concernant sa situation hydrique ? L’eau est aujourd’hui un des thèmes favoris des médias français, qui nous bombardent d’informations, véridiques… ou non. Parmi tout cela, difficile de faire le tri.

More »

Vidé’O

Découvrir le monde de l’eau

Chaque mois dans Le Dire Tout Eau, Audrey vous dit tout sur l’eau ou comment la préserver ou mieux la consommer ! Découvrez les vidéos!

More »

Newsletter n°12

Quelle mise en valeur pour le Sénégal ?

La forte présence des ONG de toutes nationalités est incontournable lorsque l’on arrive dans le bassin du Sénégal: que ce soit au Mali, en Mauritanie ou au Sénégal, les panneaux indiquant la réalisation de projets pullulent à l’entrée de chaque ville et village. Le Sénégal, par exemple, est le pays les plus aidé du continent africain, recevant aujourd’hui l’équivalent de 100 US$ par habitant et par an (Source : « Accroître l’efficacité de l’aide au Sénégal », Jacques Morisset, Economiste principal de la Banque mondiale pour le Sénégal). Il faut dire que l’Afrique de l’ouest a toujours attiré les européens : les portugais d’abord, suivis de près par les hollandais, qui finirent par laisser place aux colons français. Saint Louis, à l’embouchure du fleuve, devint dès le XVIIème siècle un port commercial de première importance, notamment pour la gomme arabique et l’or, puis la traite négrière. Encore aujourd’hui, ce lourd passé a laissé de nombreuses traces dans les trois pays riverains.

More »

Retour

Les chiffres fous d’E2E

Quand on fait le tour du monde, on atteint des records. C’est l’occasion de tous les extrêmes : les sommets les plus élevés, des journées entières en bus, des propositions en mariage,… On a voulu rassembler un peu tous ces chiffres dingues dans une liste qui correspond, version numéraire, à notre quotidien de ces 19 derniers mois. La voici :

More »

Pratique

Trucs et Astuces - Economie d’eau

Lors du dernier sommet de Copenhague nous avons pu constater que nos politiques ne semblent pas encore décidés à considérer les enjeux de notre planète avec sérieux. Tandis que tous les experts et les ONG s’accordent sur l’urgence d’une action, nos représentants jouent à la théorie des jeux. Nous arrivons en 15 jours à débloquer des sommes faramineuses pour sauver nos banques mais pour sauver la planète (enfin plutôt l’espèce humaine car la planète s’en sortira très bien), il n’y a plus personne. A nous consommateur de jouer notre rôle civique. Alors pourquoi est-il important de faire attention à notre ressource en eau ? Et comment pouvons nous intervenir à notre échelle ?

More »

Organisation

L’Office du Niger

Etant de passage dans la région, le nom « Office du Niger » ne pouvait que retenir notre attention. Les locaux de cet organisme sont situés dans de magnifiques anciens bâtiments coloniaux dans la jolie ville de Ségou, à 220km à l’est de Bamako. L’Office du Niger est le plus ancien et le plus étendu des périmètres irrigués de l’Afrique de l’Ouest. Aménagé à partir des années 1930, l’objectif était d’irriguer, en 50 ans, les immenses plaines du delta intérieur du fleuve Niger, entre Ségou et la frontière Mauritanienne, soit 960 000 hectares destinés à la culture du coton afin de fournir les industries textiles de la France coloniale.

More »

Initiative

Teriya Bugu, un paradis solidaire sur les bords du Bani

Partant de Djenné, la route pour Teriya Bugu est des plus simples : il suffit de suivre le goudron en direction de Bamako. Lorsque le chauffeur aperçoit le panneau « Teriya Bugu », il stoppe le bus en grand fracas (les chèvres entassées sur le toit n’apprécient pas trop ce genre d’arrêt intempestif et nous le font savoir par un concert de bêlements) et nous dépose au bord de la route. Autour de nous : rien. Le panneau indique une distance de 28km ; ne sachant pas s’il y aura des villages et donc des puits sur le chemin, tenter la marche est une mauvaise idée. Il ne nous reste plus qu’à nous asseoir sous un arbre et attendre. Heureusement, notre bonne étoile est avec nous : au bout d’une heure à peine, un 4×4 de deux touristes français nous emmène à destination. On aperçoit de loin le Bani (affluent du Niger), entouré d’un couvert végétal lorsque le reste du terrain n’est que brousse sèche et déserte. Le complexe de Teriya Bugu est entouré d’une forêt d’eucalyptus plantés par le Père Bernard Verspieren après son arrivée ici il y a une cinquantaine d’années.

More »

Notre Bibliothèque

Inscrivez-vous à la newsletter

E-mail:

S inscrire
Se désinscrire

Photos

Puerto Madryn - Punta Tombo (45).JPG
Puerto Madryn - Plage (5).JPG

Films